Accueil du site Se former Parents
 

Vers un partage de la culture au nouveau musée Fabre

Journées Familiales de l’UNAPEDA 2007 - 17, 18 et 19 mai 2007
Article publié le mardi 23 octobre 2007.


Journées Familiales de l’UNAPEDA - 17, 18 et 19 mai 2007

Présentation

Jeudi 17 mai 2007 : Culture et handicap

Vendredi 18 mai 2007 : Accès à la littérature et aux pratiques culturelles

Samedi 19 mai 2007 : Accès au cinéma, théâtre, musées - Accès aux sports

Proposition culturelles et accessibilité en Ille-et-Vilaine

Témoignage d’une maman

Intervention de Bertrand Verine
-  Témoignage : L’accessibilité des arts plastiques
-  Vers un partage de la culture au nouveau musée Fabre

Auto-portrait d’Angelika MANDAWALA


En haut - Sommaire

Un texte de Françoise REYMOND et Bertrand VERINE

Dans le cadre de la rénovation du musée Fabre, dont la réouverture est prévue au premier trimestre 2007, l’Union des Aveugles a été contactée pour étudier les possibilités de visites et d’activités adaptées au handicap visuel.

Notre Secrétaire général, Bertrand VERINE, a d’abord rencontré Nathalie TAILLEUR et Jean-Noël ROQUES, du Service des publics, ainsi que Barbara GAVIRIA, médiatrice culturelle, pour une sensibilisation. Puis un cycle d’échanges approfondis a été organisé avec la collaboration de trois autres administratrices (Mmes NICOLAS, REYMOND et RUGIÉRO), de cinq usagers (une lycéenne du SAAAIS, M. MICHELLAND, Mmes BARADAT, COHEN-SEKELLY et PASSEPON), ainsi que Mme DEJEAN, enseignante spécialisée.

Entre fin mars et début juin, quatre rencontres ont eu lieu pour aborder des questions aussi diverses que le statut légal des chiens-guides dans les lieux publics, les différences de perception entre personnes amblyopes selon l’origine de leur handicap, ou les différences de représentation mentale entre aveugles précoces et tardifs.

La première s’est faite autour d’une statue de la sculptrice montpelliéraine, Germaine RICHIER : après l’avoir découverte avec les mains gantées, nous avons écouté le commentaire de la médiatrice en lui suggérant les termes les plus appropriés (précisions tactiles et volumiques) pour mettre l’art sculptural « à portée de mains » des personnes mal- et non-voyantes.

La suivante a été consacrée à l’art pictural autour du peintre montpelliérain Alexandre CABANEL. La présentation d’un premier tableau par Mme GAVIRIA nous a permis de formuler nos besoins en matière de description et d’explication. En commentant un deuxième tableau, elle a fait preuve d’une précision remarquable pour définir les dimensions, le découpage virtuel en lignes obliques, verticales ou horizontales, les attitudes du personnage, etc.

Il est vrai que les nuances de couleur et de luminosité restent un mystère difficilement communicable à un aveugle précoce ; mais on peut lui faire ressentir le travail même du peintre et le tableau comme objet. Cette proposition de notre médiatrice lors de la troisième rencontre a enthousiasmé tous les participants, jusqu’aux accompagnateurs voyants : grain des différents supports (toile, cuivre, ardoise), forme des instruments et gestes du peintre pour broyer et lier ses pigments, odeur de l’huile d’œillette...

La dernière séance avait pour objectif un premier bilan des propositions immédiates et des projets à plus long terme. L’accessibilité spatiale du musée depuis la station Corum du tramway va être négociée par Thierry JAMMES. Pour l’accessibilité culturelle, l’entrée de chaque salle sera équipée d’une borne signalétique indiquant son nom, son numéro et sa thématique en caractères agrandis et en braille. Chaque borne proposera un classeur contenant des notices lisibles des deux manières. Il en ira de même pour le dépliant général qui, comme dans tous les musées modernes, pourra être accompagné d’un audio guide.

Pour des raisons de sécurité et d’unité architecturale, nos interlocuteurs nous ont laissé peu d’espoir sur l’éclairage et la lisibilité des panonceaux de chaque œuvre. Ils se sont en revanche engagés à plusieurs initiatives originales : la réalisation d’une maquette du bâtiment en trois dimensions et d’un fichier informatique permettant à chacun, une fois rentré chez lui, de retrouver ou d’approfondir les informations disponibles sur place. Par delà, sont envisagés des ateliers de modelage et de traçage, ou d’explication de la peinture par la sculpture. Un travail de fond sur la meilleure description possible d’un tableau pour des aveugles est également projeté, en collaboration avec un écrivain et des lycéens en section Arts plastiques.

Nous espérons que cet ensemble d’heureuses initiatives réconciliera avec l’art les aveugles ou mal-voyants qui, en l’absence ou presque d’adaptation, boudent souvent les musées. Malgré nos difficultés, et avec nos autres moyens de ressenti - notre sixième sens en quelque sorte -, aller à une exposition devrait pouvoir être réalisable pour chacune et chacun d’entre nous. C’est aussi cela, la richesse des différences.

Le site du Musée Fabre à Montpellier


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour vendredi 21 septembre 2018
2714 articles - 79 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.