Accueil du site Dossiers Etudiants
 

Etudiants sourds : pour la 3ème année consécutive une rentrée « galère »

Point info sur le Pôle étudiant
Article publié le mardi 2 octobre 2007.


A toutes et à tous bonjour,

Ce n’est plus d’intelligence et de savoir dont il est question mais de biceps !

Il faut savoir ramer ! il faut savoir nager ! Il faut même pour certains pratiquer l’apnée !

En forme d’édito nous avons décidé de vous livrer ce témoignage : c’est une note adressée à toute une équipe qui depuis 4 semaines accepte tout et son contraire en terme de conditions de travail pour permettre au maximum de jeunes de débuter cette rentrée universitaire, pour les étudiants, mais aussi en formation professionnelle continue ou initiale pour ceux qui sont déjà engagés dans l’emploi ou en recherche d’emploi : parce que les difficultés pour la mise en oeuvre des accompagnements des premiers se répercutent sur les autres.....ou comment déshabiller Pierre pour habiller Paul !

Bien sur c’est transitoire. Mais 2 ans et 8 mois c’est trop

En effet, de jour en jour, quelquefois d’heure en heure et en fonction de chaque dossier ou autrement dit en fonction de chaque établissement d’accueil la situation pour tel ou tel évolue !

Tel ou tel, c’est un ou une étudiant(e), avec ou sans le soutien de sa famille qui se présente aux portes de l’enseignement supérieur.

Nous avions dit les risques de l’éclatement des responsabilités, nous avions dit les risques de voir disparaître dans les arcanes administratives l’argent initialement et officiellement rassemblé pour les étudiants handicapés, nous avions dit les risques de la disparition des pôles étudiants en tant que service avec sa gestion responsable et engagée auprès des jeunes maintenant remplacés par une gestion marchande de devis/factures. Nous n’avons malheureusement été entendus ni au comité de pilotage, ni dans les grandes associations représentatives, ni par les établissements trop inexpérimentés dans le champ du handicap, ni par les jeunes trop jeunes sans doute et un peu candides, et insuffisamment par les familles éclatées aux quatre coins de la Bretagne.

Aujourd’hui c’est l’application des règles édictées au plan national.

C’est du côté des étudiants :

  1. Une étudiante, rentrée depuis août déjà, bien accompagnée et à l’abri des vicissitudes dans son école supérieure privée laquelle a tout mis en oeuvre pour signer dès la rentrée son devis.
  2. Deux étudiants qui rentrent avec nos accompagnements sans devis signé mais avec des relations et des négociations de confiance au plus haut niveau qui nous permettent de commencer dans l’espoir de voir ces devis signés sous peu.
  3. Deux autres étudiants qui sont rentrés sans accompagnement pendant trois semaines et pour lesquels les négociations sont en train de déboucher.
  4. Quatre autres étudiants qui sont en train de rentrer sans accompagnement et pour lesquelles les négociations sont en cours mais sont lentes.
  5. Une autre étudiante qui est rentrée déjà depuis plusieurs semaines et dont le processus de négociation est bloqué et qui à défaut d’être accompagnée reste chez elle.
  6. Une autre étudiante perdue dans un établissement privé et pour laquelle il n’y a pas de solution financière en vue.
  7. Enfin un autre étudiant qui rentrera en février et pour lequel nous ne devrions pas rencontrer de problème.

Soit en tout 12 étudiants connus auprès de nos services, tous très sourds et demandant des moyens budgétaires bien au-delà des 10 000 € fixés par le comité de pilotage. (Sans compter les 5 ou 6 qui ici ou là poursuivent de manière « sauvage » hors circuit officiel)

Quant aux autres étudiants sourds sévères ou profonds du premier groupe, ils ne bénéficient plus du tout de notre conseil alors même qu’ils bénéficiaient d’un accompagnement médico-social de type SSEFIS en lycée. On imagine bien ici ou là quelques régressions dans leur prise en charge laquelle est nettement moins lourde financièrement mais qui demande une compétence très fine du point de vue de la surdité. Autant de régressions moins remarquables car moins radicales dans leurs effets.

C’est du côté des salariés :

  1. Notre séparation en juin dernier avec quelques salariés que nous aurions aimé pouvoir garder dans notre équipe.
  2. Notre obligation à cette rentrée d’embaucher au coup par coup, au fur et à mesure des devis qui tombent avec pour conséquences : les deux curseurs incertitude et inquiétude poussés au maximum, un sentiment coupable de gérer de la précarité, des difficultés à construire une équipe etc.
  3. Une situation qui nous oblige à des improvisations constantes au niveau des emplois du temps des uns et des autres avec même ici ou là des déplacements importants et difficiles avec pour conséquences : du désagrément, de l’irritation, de l’incompréhension, de l’insatisfaction, du mécontentement etc. ... autant de sentiments légitimes.
  4. Le travail de coordination qui n’est reconnu qu’une fois sur trois alors même que par la multiplicité des interlocuteurs et par la méconnaissance, l’incertitude et l’inadaptation des règles il est multiplié par trois. Multiplication des petits pains qui concerne aussi le travail de la direction et des administratifs.

Enfin, pour finir, j’aimerais revenir sur la situation des étudiants et vous faire partager ce qui s’y passe humainement.

Il faut les rencontrer et voir dans leur regard l’incrédulité, ce "comment est-ce possible ?". Certains se résignent et font avec, d’autres cherchent des solutions hors enseignement supérieur classique (contrat en alternance, apprentissage etc.), d’autres attendent et espèrent encore...

Aucune révolte, aucune colère (hormis pour un étudiant pour lequel la famille s’est battue avec succès), mais de l’incompréhension, de l’inquiétude, de l’espoir encore, et pour certains et en tout cas pour une, de la souffrance et des pleurs.

Christine PERRIN
Coordinatrice

27 Septembre 2007

Cette note ne vaut pas que dans une région .Elle est générale et témoigne d’un profond malaise.


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour lundi 15 octobre 2018
2727 articles - 82 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.