Accueil du site International
 

Mission Surdité au Bénin

Ortho Bénin France
Article publié le dimanche 9 décembre 2018.


Un article de Ortho Bénin France

Depuis les États Généraux de la Surdité (EGS) en 2003 à Cotonou au Bénin des missions surdité ont eu lieu annuellement jusqu’en 2013. En collaboration avec d’autres associations, dont Calebassénadé, sept orthophonistes ont pu être formés à l’ÉNAM (École Nationale des Auxiliaires Médicaux) à Lomé au Togo. Ils exercent à Cotonou depuis 2013 et sont actuellement dix sur Cotonou. Ortho Bénin France a co-organisé et participé aux EGS en 2003 à Cotonou puis en 2006 à Lomé et en 2011 à Ouagadougou avec Orthophonistes du Monde et Handicap International. Les professionnels des différents pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre qui participaient aux EGS apportaient leurs témoignages sur l’évolution de la prise en charge des personnes sourdes dans chacun de leur pays respectifs.

Depuis 2003, nous sommes en lien avec les professionnels des écoles pour enfants sourds à Cotonou, Bohicon, Porto Novo et Parakou. Plusieurs journées d’échanges et de formations ont été réalisées lors des missions et des contacts par mails et téléphones se poursuivent tout au long de l’année.

Lors de la mission de février 2018, quatre orthophonistes, un enseignant spécialisé en surdité, une psychologue spécialisée dans l’autisme et une éducatrice ont rencontré les équipes béninoises pour échanger sur leurs conditions de travail et leurs projets.

L’ABEPO, Association Béninoise des Professionnels de l’Orthophonie, créée en 2014, est constituée de dix orthophonistes à ce jour, neuf Béninoises et Béninois et une Française. Elle a pour but de promouvoir l’orthophonie au Bénin et de représenter les orthophonistes devant les instances étatiques avec pour objectifs la formation des orthophonistes, leur reconnaissance légale et publique et le soutien de leurs actions sur le terrain (prévention, dépistage, diagnostic et prise en charge). A leur demande, nous avons organisé une journée de formation sur la surdité, l’autisme et la rééducation vocale où étaient conviés les enseignants des centres pour enfants sourds. Le rôle des enseignants et des orthophonistes dans la prise en charge des enfants a été précisé en début de journée.

Nous avons remis à l’ABEPO, un audiomètre portatif Auricheck acheté par OBF grâce à une souscription et grâce aussi à la remise accordée par la société Topitek. Lors de cette mission 2018, l’enseignant spécialisé en surdité a pu rencontrer les équipes dans les différents centres et travailler avec les enfants en pratiquant la LSF. Au Bénin, les équipes utilisent le Français Signé avec les signes de la Langue des Signes américaine. Peu d’enfants oralisent faute d’appareillage et de suivi orthophonique.

A l’EBS, école béninoise des sourds de Cotonou, seule école publique au Bénin pour la prise en charge des enfants sourds, nous avons travaillé avec 17 enfants, récemment appareillés par Afrique Auditions, une entreprise implantée à Cotonou, qui propose des bilans auditifs (audiométrie, tympanométrie, PEA, Otoémissions Acoustiques) et la mise en place de prothèses auditives. Nous avons organisé une séance d’audition avec les jeunes pour nous rendre compte de l’utilisation de leurs aides auditives. Certains réagissaient très bien. OBF s’est donc engagé à aider au financement de bilans auditifs et de quelques séances d’orthophonie entre février et juin 2018, effectués par deux orthophonistes :
un orthophoniste béninois, Daniel Affo, diplômé en 2013 à l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux de Lomé au Togo, et l’un des membres fondateurs de l’ABEPO. une orthophoniste française, résidant et travaillant à Cotonou, Coralie Mével, diplômée à Toulouse, membre d’OBF et de l’ABEPO.

Ces deux orthophonistes ont mis en place l’organisation du suivi pour étayer une demande de subvention complémentaire à l’Etat béninois qui a seulement financé l’appareillage des enfants sans prévoir le suivi audioprothétique et orthophonique qui sont tous deux indispensables pour une bonne utilisation des prothèses et une progression linguistique satisfaisante. Daniel Affo et Coralie Mével ont réalisé des tests en avril 2018 au début du suivi et en juillet 2018 en fin de prise en charge pour évaluer les progrès des enfants et donc justifier la demande de subvention auprès des ministères béninois. Ils ont élaboré un dossier très complet. _ Voici quelques extraits : « Un don d’appareils auditifs a été fait par le Ministère de la famille à dix-sept enfants de l’Ecole Béninoise de Sourds de Vedoko à Cotonou. Les parents des enfants concernés ne pouvaient financer la rééducation orthophonique pourtant indispensable dans ce cas. Pour ces enfants et ces familles à qui ces démarches d’appareillage auditif ont fait espérer une meilleure communication, mais qui n’ont pas les moyens financiers d’offrir des séances d’orthophonie individuelles à leur enfant, il était urgent de mettre en place une prise en charge orthophonique. 

En ce sens, Ortho-Bénin-France a présenté à l’Association Béninoise des Professionnels de l’Orthophonie (ABEPO) son projet de soutien financier d’une action de deux mois. Cette prise en charge, effectuée par des orthophonistes exerçant au Bénin, consisterait à faire passer des bilans aux enfants concernés et à leur proposer des séances de groupe. L’objectif était d’évaluer les bénéfices d’une telle action pour les enfants et leur environnement. Les orthophonistes pourraient par la suite faire valoir leur travail auprès d’autres structures de financement, pour pouvoir continuer à suivre ces enfants. »

Après la passation des bilans, des séances de groupe de 45 mn ont permis d’entrainer les enfants à la lecture labiale, à l’utilisation de leur audition, à l’oralisation avec l’aide des mouvements de la Dynamique naturelle de la parole, à l’entrainement des praxies oro-bucco-faciales. Voici la conclusion du travail effectué : « Suite à la prise en charge orthophonique groupale des dix-sept enfants de l’EBS récemment appareillés grâce au Ministère de la famille, nous pouvons nous étayer sur les résultats des bilans d’évolution des enfants et sur les dires de leurs parents et enseignants pour faire quelques constats :
-  Tout d’abord, les compétences des enfants eux-mêmes se trouvent améliorées par la rééducation orthophonique.
-  Les parents ont pu renforcer le soutien et l’estime qu’ils portent à leurs enfants, découvrant les nouvelles compétences que ceux-ci mettent en place. Leur communication avec eux s’améliore, peu à peu.

Ces résultats positifs encouragent chaque acteur, que ce soient les parents, les professionnels entourant les enfants ou les orthophonistes eux-mêmes, à soutenir la continuité de cette action. En effet, une prise en charge de deux mois ne permet pas de pérenniser les acquis des enfants et il est probable que ceux-ci régresseraient rapidement sans la poursuite des soins. De plus, les acquisitions des enfants sont encourageantes mais insuffisantes : ils présentent encore de grandes difficultés pour s’exprimer et pour comprendre ce que disent leurs interlocuteurs non-signants.

Chaque acteur porte l’espoir qu’à la suite de cette action, d’autres financeurs soient convaincus de l’efficacité de la rééducation orthophonique auprès des enfants ayant une déficience auditive pour que ce projet de soins puisse se poursuivre. »

Lors de notre séjour, nous avons aussi organisé une rencontre avec les membres de l’association des parents de l’APE de l’EBS. Les parents des enfants appareillés étaient très demandeurs et motivés pour s’engager pour la suite du suivi.

Comme toujours lors de nos missions il nous est bien précisé que notre présence, nos échanges, et l’intérêt manifesté sont très encourageants pour les professionnels sur place, et les familles des enfants, qui sont tous dans des conditions précaires et difficiles. Nous restons donc toujours en contact avec les différents professionnels ainsi qu’avec l’association des parents pour continuer à apporter notre soutien.

Pour le moment il n’y a pas de prise en charge par l’état au Bénin des rééducations orthophoniques. L’assurance maladie en est à ses débuts. Les orthophonistes sur place œuvrent pour une meilleure reconnaissance de leur travail ainsi que tous les professionnels de santé, conjointement avec les ministères. Mais pour le moment les choses sont "en l’état". Il serait dommage que ces jeunes sourds nouvellement appareillés ne puissent pas bénéficier d’une prise en charge adaptée.

C’est pourquoi, nous nous permettons de faire appel à vous pour soutenir notamment ces rééducations des enfants nouvellement appareillés. Il est important que ce "tournant" se passe bien : premiers appareillages et premières rééducations. Vous pouvez faire un don, qui vous donnera droit à un crédit d’impôts à hauteur de 66% du montant du don, en envoyant un chèque à OBF et en précisant : « Don pour le projet appareillage des enfants de l’EBS »

Merci d’avance à vous tous, pour eux bien entendu.
Ortho-Bénin-France, Françoise Garnier 37 allée du Parc 13770 Venelles 

https://sites.google.com/site/orthobeninfrance/

-  Brigitte Aubonnet-Cabrolié, vice-présidente d’OBF chargée du dossier surdité.
-  Marie Bazille, vice-présidente d’OBF chargée des parrainages.
-  Françoise Garnier, secrétaire d’OBF.


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres

Dernière mise à jour lundi 2 décembre 2019
2800 articles - 120 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.