Accueil du site International
 

Services d’accompagnement aux élèves et étudiants sourds et malentendants au Québec

Article publié le samedi 13 novembre 2010.


Au Québec, les enfants sourds et malentendants vont généralement dans une école régulière (intégration scolaire avec ou sans interprète, parfois avec un système de modulation de fréquence). Dans certains grands centres, les parents ont aussi le choix d’envoyer leur enfant dans une école spéciale (oraliste ou gestuelle).
A partir du début de la scolarité, aussitôt qu’un enfant reçoit une "cote de surdité", on lui fournit les services d’interprétation dans la modalité qui lui convient (oraliste = codeurs LPC ou translittérateur, interprète français/LSQ ou pidgin pour les sourds gestuels).
Par la suite, les élèves entrent au cégep (collèges éducation générale et professionnelle). A ce moment-là, ainsi que pour toutes les études universitaires, on fournit à la demande de l’étudiant : un interprète, un preneur de notes (sélectionné parmi les étudiants de la classe et payé pour faire cela), ainsi qu’un tuteur en français si l’étudiant éprouve un besoin d’aide en français écrit pour ses travaux.
Ce sont les commissions scolaires qui sont responsables de l’embauche et de l’encadrement des interprètes pour le secteur jeune (élèves du primaire et du secondaire - normalement de 5 ans à 17 ans).
C’est le ministère de l’éducation qui défraie les coûts de l’interprétation (via le financement des commissions scolaires pour les jeunes du primaire et du secondaire et via le financement direct pour les étudiants des collèges et universités). Les frais sont payés pour le public et le privé (codeurs et interprètes).
En ce qui concerne la couverture du service d’interprétation, c’est décidé par le plan d’intervention (chaque élève vivant avec une surdité en a un). Le problème le plus fréquent est le manque d’heures accordées à l’interprète pour faire sa préparation (il y a des divergences entre les commissions scolaires).
Les interprètes du Québec travaillent souvent en scolaire et complètent leurs heures en faisant le soir de l’interprétation pour les services régionaux d’interprétation - pour les adultes en milieu social et communautaire (pour aller chez le médecin par exemple).

Ressources matérielles
Pour les résidants du Québec, c’est la Régie de l’assurance-maladie qui rembourse les frais relatifs aux ressources matérielles (aide auditive).
L’étudiant déficient auditif qui doit se procurer un micro-ordinateur peut demander une aide à l’Aide financière aux études du MEQ. L’achat de matériel périssable (papier NCR, photocopies, cassettes audio), lorsqu’il est requis pour les services de prise de notes, de lecture ou de transcription, peut, dans certains cas, être remboursé. L’Université peut prêter certaines ressources matérielles momentanément : système d’amplification MF, ordinateur portable, système de caméra AudiSee pour la lecture labiale.

Passation des examens
Temps supplémentaire : cette accommodation permet, par exemple, l’utilisation de matériel informatique adapté ou la collaboration d’une personne accompagnatrice ou interprète.

Lieu : les examens peuvent se dérouler en classe, dans un local séparé ou dans un local contenant de l’équipement technologique adapté.

Autres accommodations : outre le temps supplémentaire, le lieu, la surveillance d’examen d’autres accommodations sont aussi possibles. Par exemple pour les étudiants sourds et malentendants : rencontre avec la professeure ou le professeur immédiatement avant et après la passation de l’examen en vue de vérifier la compréhension des questions et des réponses.

Sources :

Suzanne Villeneuve, interprète agréée

site internet de L’université Laval concernant les personnes avec une déficience auditive : http://www.aide.ulaval.ca/


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour samedi 17 novembre 2018
2728 articles - 82 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.