Accueil du site Dossiers

Epreuve facultative de langue des signes française (LSF) pour les baccalauréats général et technologique

mardi 29 janvier 2008.


Extrait du BO n° 46 du 20 décembre 2007

Créé par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005, l’article L. 312-9-1 du code de l’éducation prévoit notamment que ?la langue des signes française est reconnue comme une langue à part entière ? et qu’ ?elle peut être choisie comme épreuve optionnelle aux examens et concours ?.

Deux arrêtés du 10 septembre 2007 ont ainsi ajouté la LSF à la liste des disciplines pouvant faire l’objet, à compter de la session 2008, d’une épreuve facultative au baccalauréat général et au baccalauréat technologique ?hôtellerie ? (B.O. n° 39 du 1er novembre 2007).

L’arrêté du 12 octobre 2007 relatif aux épreuves du baccalauréat technologique ajoute la LSF aux épreuves facultatives des séries STG, ST2S, STI et STL à compter de la session 2009 (B.O. n° 41 du 15 novembre 2007).

Cette épreuve, qui n’est en aucun cas réservée aux seuls sourds ou malentendants, peut être choisie à l’examen par tout candidat.

De plus à l’instar de toute épreuve du baccalauréat, elle doit être évaluée par des examinateurs compétents et répondant aux critères prévus par le code de l’éducation dans ses articles D. 334-21 (baccalauréat général), D. 336-20 (baccalauréat technologique) et D. 336-38 (dispositions particulières à la série hôtellerie).

1 - Déroulement de l’épreuve

Épreuve orale facultative.
Durée : 20 minutes.
Temps de préparation : 30 minutes.
Notée sur 20 points, en points entiers.

L’épreuve prend appui sur un document apporté par l’examinateur. Elle dure 20 minutes après un temps de préparation de 30 minutes (y compris le temps nécessaire à la connaissance des documents proposés au candidat).
Durant toute l’épreuve, l’examinateur et le candidat ne communiquent qu’en langue des signes, à l’exclusion de tout autre langage.

L’épreuve se déroule de la manière suivante :

a) Temps de préparation

L’examinateur propose au candidat deux documents :
-  un document iconographique contemporain ;
-  un texte contemporain, écrit en français, d’une longueur maximale de 2 000 signes typographiques.

Sur chaque document figure la mention ?Ne rien écrire sur ce document. Le restituer à l’examinateur après l’épreuve. ?
Au cours de la même journée d’interrogation, chaque examinateur veillera à proposer deux documents différents à chaque candidat.
Le candidat prend les documents qui lui sont présentés et commence sa préparation, durant laquelle, en particulier, il choisit sur lequel des deux portera son évaluation. Il s’ensuit que le temps utilisé pour découvrir les documents fait partie intégrante des trente minutes de préparation.

b) Présentation du document par le candidat

Notée sur dix points.

Le candidat informe l’examinateur du document qu’il a choisi. Il en fait ensuite une présentation, qui ne doit pas être un commentaire formel, pendant une durée maximale de cinq minutes. Le candidat n’est ni interrompu ni relancé par l’examinateur.

c) Entretien entre l’examinateur et le candidat

Noté sur dix points.

L’entretien qui suit la présentation est conduit par l’examinateur qui, prenant appui sur le document support et l’exposé du candidat, formule des questions pour, par exemple, permettre au candidat de préciser une analyse ou un point de vue ou de développer une idée. Le candidat, tout comme l’examinateur, peut étendre la discussion sur d’autres points sans lien direct avec le document.
L’entretien dure un minimum de quinze minutes. Si le candidat n’a pas épuisé la durée de cinq minutes qui pouvait être consacrée à la présentation du document, l’entretien est prolongé d’autant.

2 - Critères d’évaluation

On attend du candidat qu’il s’exprime clairement dans une gamme de langue suffisamment étendue pour pouvoir décrire, exprimer un point de vue, voire, développer une argumentation. Sont plus particulièrement retenus les critères d’appréciation ci-après.

a) Pour la présentation du document par le candidat :
-  le candidat est capable de rendre compte du contenu du document qui lui est proposé ; il doit pouvoir le décrire, expliciter la situation ou le thème présenté, apporter un commentaire personnel s’il le juge approprié ou pertinent ;
-  le candidat fait la preuve de sa capacité à signer clairement, à un rythme naturel et à un niveau qui n’entrave pas la transmission de sa présentation.

b) Pour l’entretien entre l’examinateur et le candidat :
-  le candidat comprend des signes familiers et fréquents portant sur des domaines familiers ou des questions d’actualité que l’examinateur utilise de manière naturelle ;
-  le candidat est capable de faire face à une situation de communication où il lui est demandé de bien recevoir un message ou une question afin de pouvoir réagir ou répondre en s’exprimant à son tour par des signes clairs et à un rythme convenable ;
-  le candidat fait la preuve d’une certaine aisance, il peut ainsi signer en continu pour exprimer ou défendre un point de vue, argumenter, voire apporter une contradiction.

Voir en ligne : Bulletin officiel n° 46 du 20 décembre 2007.

Répondre à cette brève

Forum de la brève

L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour vendredi 17 mars 2017
2570 articles - 51 messages - 268 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.