Accueil du site Loi Handicap
 

29 mars, 29 mai.....Mais le 10 juin ? De grands espoirs sont nés après le vote de la loi du 11 février 2005, 3 ans après, beaucoup d’angoisses apparaissent

Editorial du 6 juin 2008 de la newsletter "handicap" de TESSolidaire
Article publié le dimanche 8 juin 2008.


TRIBUNE LIBRE

L’UNAPEDA remercie Jean-Louis FONTAINE qui nous a autorisé à reproduire ce texte

A quelques jours de l’ouverture de la Conférence nationale sur le handicap (10 juin 2008), beaucoup de questions se posent aux personnes handicapées, à leurs familles, à tous les acteurs de ce secteur.

De grands espoirs sont nés après le vote de la loi du 11 février 2005, Trois ans après, beaucoup d’angoisses apparaissent, et elles sont justifiées.

-  Quid des ressources des personnes handicapées ? L’allocation adulte handicapé (AAH) restera-t-elle longtemps encore l’unique ressource de beaucoup de personnes ? Un « projet de vie », tel que le prévoit la loi, à mener avec 628 euros par mois : une véritable gageure !
-  Quid du retour à l’emploi pour ceux qui en sont le plus exclus (plus du double qu’en « milieu ordinaire ») ? Parmi les personnes handicapées, un grand nombre aurait la possibilité de reprendre (ou prendre) une activité professionnelle, mais cela leur est « interdit » ! La Fonction Publique, avec moins de 4% de travailleurs handicapés, n’est pas encore prête à s’ouvrir à la différence ; les pénalités augmentées pour le non-respect des 6% d’obligations d’emploi ne semblent pas venir à bout des préjugés handiphobes de beaucoup d’entreprises.
-  Quid de la rentrée scolaire pour les enfants handicapés ? Ne vont-ils pas faire les frais des diminutions d’effectifs dans l’Education Nationale ?
-  Quid du « 5ème risque » pour les personnes handicapées, et surtout de son financement ? Beaucoup ont encore en mémoire la « résistance » efficace qui a été menée par les personnes concernées pour éviter la récupération de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et de la prestation de compensation du handicap (PCH) sur la succession des bénéficiaires. Comme si la solidarité nationale se réduisait à « un prêt récupérable sur descendance » et la solidarité familiale consistait à faire payer aux enfants le handicap ou l’âge de leurs parents !

Le 29 mars, puis le 29 mai, les personnes en situation de handicap ont montré leur capacité de mobilisation. La guérilla urbaine n’est pas dans leurs principes, mais leur exaspération est à son comble.

Dans son article « Le risque Xavier Bertrand », Jerôme Pellissier écrit très justement : « Demain, pour les Français atteints de handicaps, de maladies invalidantes, chroniques, victimes d’accidents, etc., les choses seront nettes : soit ils pourront payer pour être correctement aidés et soignés (et ils paieront alors d’autant plus que leur argent servira à enrichir les assureurs et non à permettre, via l’Etat, de viser l’égalité d’accès de tous aux aides et soins) ; soit ils seront, et de plus en plus, mal soignés, mal aidés, mal accompagnés. Bienvenue à la Cour des miracles du 21e siècle ! »

Espérons que le Président de la République saura faire les bons choix et annoncer le 10 juin autre chose que du replatrage !

Lire : "Le risque Xavier Bertrand" , de Jérome Pellissier

Jean-Louis FONTAINE
consultant en politiques du Handicap

Président de l’association Synergie
www.lamaisondelautonomie.com
Réseau Internet Francophone des acteurs de la Gérontologie et du Handicap de l’Association Synergie.

"Celui qui ignore vers quel port il se dirige ne trouve jamais de vent favorable" (Sénèque)

Retrouvez la newsletter "handicap" , ainsi que l’ensemble des newsletters thématiques de TESSolidaire(Travailler dans l’Economie Sociale et Solidaire), sur la nouvelle version du site www.tessolidaire.com


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour jeudi 5 septembre 2019
2777 articles - 112 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.