Accueil du site Culture Cinéma
 

James Castle (1899-1977), la voie silencieuse

Un artiste sourd reconnu internationalement
Article publié le jeudi 12 novembre 2020.


James Castle est un artiste, né sourd profond à Garden Valley dans l’Idaho. Il a passé sa vie à dessiner avec de la suie mouillée de salive et à peindre sur des cartons et papiers récupérés qu’il pouvait aussi découper et coudre pour réaliser des « constructions ». Scolarisé sur le tard à l’Institution des sourds et aveugles de Gooding il a subi les abus de la pédagogie oraliste qui forçait les sourds à parler et interdisait la langue des signes. Son oeuvre est désormais exposée dans les plus grands musées américains et même en Europe et au Japon mais se souvient-on qu’il était sourd ?
(PNG)
DVD James Castle

La réalisatrice Brigitte Lemaine qui a été élevée en langue des signes par des grands-parents sourds, part à la rencontre de ses descendants, de la James Castle Collection & Archive, de la James Castle House et de spécialistes de la Culture Sourde pour dégager les thèmes typiquement Sourds de son oeuvre. Car être Sourd n’est pas seulement un handicap mais une façon de voir et de penser le monde.

Vous pouvez acheter le DVD sur le site FotoFilmEcrit : http://fotofilmecrit.com/dvd-culture-sourde-deaf-culture/

Réalisation : Brigitte Lemaine, cinéaste et sociologue.

J’ai découvert James Castle en 2002 grâce à une amie peintre américaine qui m’a envoyé le catalogue d’une expo de New York parce qu’il était sourd. J’ai eu tout de suite envie de faire un film, mais les moyens ont été très difficiles à réunir. J’ai fini par investir personnellement et l’association FotoFilmEcrit aussi.
Cela a été un énorme travail d’arriver à tourner aux USA, de traduire toutes les interviews en anglais et ASL réaliser sur 2 ans, de sélectionner les oeuvres à la James Castle Collection & Archive, de monter, mixer et sous-titrer le film sans aucun producteur et soutiens français.
Pendant ce temps il devenait de plus en plus célèbre et les musées organisaient des expositions et achetaient ses oeuvres.

Je me suis battue pour faire connaître James Castle car son art était vraiment personnel mais néanmoins très sourd et il a été précurseur de grands courants de l’art contemporain avec ses livres d’artistes, son travail sur des matériaux récupérés et ses références à la culture américaine. En racontant sa vie et en commentant son oeuvre avec des spécialistes universitaires sourds et des spécialistes de l’art, on pouvait renseigner la culture Sourde en dégageant les points qui m’intéressaient comme :

  1. Il était sourd et de cette génération de sourds particulièrement opprimée par l’interdiction récente de la langue des signes, que je connaissais bien ayant été élevée en langue des signes par des grands-parents sourds, nés à la même époque. Comment survivre à ce Dark Age ?
  2. Comme tous les plasticiens sourds à qui j’avais consacré des films, le photographe japonais Koji Inoue (1919-1993) et Pierre Avezard (1909-1992) artiste français d’art brut il utilisait des thématiques et des formes d’expression propres aux sourds. Comme eux il avait été malgré tout reconnu à la fin de sa vie par les entendants, pourquoi et comment ?
  3. Comme il était resté assez isolé en Idaho du reste de la communauté Sourde et du monde de l’art, il avait été capable d’exprimer une création « authentiquement visuelle ». Il n’avait pas essayé de plaire à sa communauté ou de gagner de l’argent. Quel était le rôle de sa famille, en particulier de sa soeur sourde Nellie ?
  4. A travers son œuvre, on pouvait ainsi définir un véritable lexique des tendances propres à l’art des Sourds. Lesquels ?

Ce DVD est donc un véritable livre d’art numérique sur cet artiste hors pair avec beaucoup d’illustrations dans le film, un livret comprenant mon exposition conçue avec la James Castle Collection & Archive sur "Les thèmes sourds dans l’oeuvre de James Castle" et un bonus sur l’interculturalité Sourd-Entendant. On peut lire le dossier de presse sur la page du site et visionner le teaser.

J’espère qu’il saura vous intéresser et divertir vos lecteurs tout en générant l’envie d’apprendre. Il y a eu déjà deux projections de ce film à la bibliothèque André Malraux en juin 2019 et à l’Espace Imagine en février 2020 qui ont révélé l’intérêt du public sourd et entendant, des artistes et des amateurs d’art et d’histoire. J’aimerai que cela puisse continuer malgré la crise actuelle grâce à la diffusion du DVD qui peut être un beau cadeau de Noël.

Brigitte Lemaine sociologue et cinéaste, docteur en philosophie esthétique FotoFilmEcrit

D’autres films de Brigitte Lemaine dont nous avons parlé sur le site :

-  La mécanique du silence
-  L’oeuvre du grand photographe sourd Koji Inoue
-  Témoins sourds, témoins silencieux
-  Une enfance sourde

Vous pouvez acheter les DVD sur le site FotoFilmEcrit : http://fotofilmecrit.com/dvd-culture-sourde-deaf-culture/


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres

Dernière mise à jour jeudi 12 novembre 2020
2801 articles - 157 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.