Accueil du site Manifestations 2007 Elections 2007 Elections législatives
 

Réponse de Charles de la Verpillière, candidat UMP, 2ème circonscription de l’Ain

Article publié le mardi 5 juin 2007.


Charles de la Verpillière
Président du Conseil général de l’Ain

Candidat aux élections législatives - 2ème circonscription de l’Ain

Permanence électorale :
2, rue Charles de Gaulle - 01150 Lagnieu
04 74 35 84 73
06 83 04 85 78

Email : charlesdelaverpilliere@orange.fr


Lagnieu, le 1er juin 2007

Monsieur le Président,

J’ai pris connaissance de votre questionnaire suite au mail que vous avez bien voulu me transmettre.

Le handicap est, à mon sens, un sujet de préoccupation majeure. Il constitue bien sûr un problème pour les personnes qui en sont atteintes. Mais le handicap révèle un autre enjeu pour notre pays : celui, pour chaque Français, d’apprendre à respecter la différence et de faire vivre ainsi les principes de tolérance et de solidarité qui nous sont chers.

Or, la France trahit ses idéaux d’égalité et de respect de l’autre lorsqu’elle ne permet pas à la moitié des enfants handicapés d’être scolarisés en milieu ordinaire, lorsque ses entreprises ou ses services publics n’emploient pas suffisamment de personnes handicapées, lorsqu’elle n’octroie pas à ces dernières des moyens d’existence suffisants ou lorsqu’elle les exclut du droit à un logement adapté, de l’accès aux loisirs, à la culture et au sport.

La France ne peut se résoudre à une situation inacceptable et intolérable. Les personnes handicapées ainsi que les familles qui les soutiennent méritent une autre place dans notre société. Je propose une politique fondée sur un idéal de mixité dans tous les domaines afin que les personnes handicapées sortent de l’exclusion et que la société gagne en tolérance. Les réponses que je souhaite apporter visent à rendre enfin effective une égalité des chances purement déclaratoire.

La loi de 2005 a été un immense progrès. Il faut l’appliquer. Dans mon mandat local de Président du Conseil général j’ai demandé sa mise en place immédiate. Ainsi nous avons été l’un des premiers départements à mettre en place la maison départementale des personnes handicapées. La MDPH de l’Ain a été créée le 21 décembre 2005 par la signature de la convention constitutive du GIP et la première réunion de la commission exécutive s’est tenue le 13 janvier 2006. Si je suis élu député, mon action consistera prioritairement à faire des objectifs de la loi de 2005 une réalité au niveau national.

Je m’engage d’abord, comme l’a proposé Nicolas Sarkozy, à rendre opposables plusieurs droits essentiels comme celui de tout enfant handicapé à être scolarisé dans l’école de son quartier, le droit d’accès aux bâtiments et transports publics ou encore le droit à un logement accessible et adapté.

C’est la seule manière d’y arriver et d’être efficace...

Pour aider les familles, je m’engage à soutenir la création rapidement des places nécessaires à l’accueil des enfants lourdement handicapés car il est inacceptable que certains parents craignent de disparaître avant d’avoir pu assurer l’avenir de leur enfant. Je pense, en outre, qu’il faudrait ouvrir des droits sociaux aux personnes qui arrêtent de travailler pour s’occuper d’une personne handicapée. Enfin, la création d’une cinquième branche de la protection sociale relative à la dépendance permettrait d’améliorer les conditions de prise en charge des personnes handicapées.

En matière d’emploi, la priorité doit être donnée au respect des obligations d’insertion professionnelle des personnes handicapées notamment dans les administrations publiques qui doivent montrer l’exemple. Je souhaite avant tout privilégier le quota de 6% (et même aller au-delà) plutôt que de voir les employeurs se soustraire à leurs obligations d’embauche en faisant un chèque. Les personnes handicapées sont, par ailleurs, largement absentes des campus de l’enseignement supérieur qui accueillent seulement 8 500 étudiants handicapés sur un total de plus de deux millions. Cette situation ne peut pas durer d’autant moins que le diplôme mène à l’emploi.

Si je considère que le travail est toujours préférable à l’assistance, il n’en demeure pas moins que la France a un devoir de solidarité à l’égard des personnes handicapées qui se trouvent exclues du monde professionnel. C’est la raison pour laquelle je préconise que le montant maximum de l’allocation aux adultes handicapés soit porté à 800 euros au moins. En outre, pour sortir de la logique des minima sociaux, le revenu de solidarité active encouragera ceux qui s’efforcent de vivre prioritairement de leur travail.

Enfin, les personnes se dévouant bénévolement pour celles qui sont handicapées notamment dans un cadre associatif comme le votre, doivent être saluées et remerciées. Je préconise ainsi qu’une année de bénévolat dans une association donne droit à un stage de formation gratuit et que 20 heures par mois de bénévolat effectuées régulièrement donnent droit à 10% de points en plus pour les examens. Par ailleurs, dix ans de bénévolat donneront droit à une année de cotisation pour la retraite.

Toutes ces propositions témoignent de ma volonté de rompre définitivement avec l’isolement des personnes handicapées. Comme vous le savez, je suis de ceux qui croient que la volonté politique est déterminante pour changer radicalement les choses.

En espérant que ces précisions répondent à vos attentes légitimes et restant à votre écoute, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

Charles de la Verpillière


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour jeudi 28 juin 2018
2707 articles - 75 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.