Accueil du site International
 

05/05/11- Interview avec Suzanne Laforest sourde québécoise, directrice adjointe, la Maison des Femmes Sourdes de Montréal, à Montréal

Article publié le dimanche 4 septembre 2011.


Bonjour, me voilà Sonia ARNAUD, je suis animatrice du reportage vidéo. Je vous présente maintenant Suzanne Laforest, elle-même sourde, directrice adjointe de la Maison des Femmes Sourdes de Montréal (MFSM). Elle travaille provisoirement à titre de coordonnatrice des projets la MFSM depuis septembre 2010. Elleva expliquer brièvement sa carrière professionnelle et l’organisme la MFSM.

Après 4 an d’expérience à titre d’intervenante, comment allez-vous faire pour devenir « directrice adjointe » ?

En 2008, la directrice Nathalie Dufour était en congé de maternité et son adjointe l’a remplacé pour s’occuper le poste de directrice générale durant une année. Pour le poste adjointe à la direction qui était vacant, je m’en occupais. Après le retour de la directrice Nathalie, son adjointe a décidé de quitter la MFSM pour un autre travail. Puis, c’est à ce moment que j’ai obtenu ce poste.

Qu’est-ce qui vous motive à travailler comme « directrice adjointe » de la MFSM ?

Comme je m’entends bien avec la directrice, c’est certain que ça m’a motivé à travailler pour elle. De plus, j’ai besoin de nouveaux défis...

Qu’est-ce que les objectifs de la MFSM ?

La mission de la MFSM est d’aider les femmes Sourdes avec des intervenantes Sourdes qui communiquent en langue des signes Québécoise (LSQ)

Nous aidons les femmes Sourdes qui sont en difficulté et qui sont victimes de violence conjugale ou d’agression sexuelle.

Nous faisons de l’intervention individuelle et nous pouvons aussi faire l’intervention par téléphone. Nous offrons des conférences pour la sensibilisation et information à la communauté sourde et entendantes. Pour avoir plus de détails sur nos services, vous pouvez regarder sur notre site web : www.mfsm.org.

En tant que coordonnatrice des projets, expliquez ce que sont vos deux projets importants ?

Pour le projet d’agression sexuelle, nous avons décidé de créer ce projet, car nous avons remarqué qu’il n’y a pas de ressources et de matériels de sensibilisation adaptés selon les besoins des femmes sourdes. Avant la création du projet, nous ne pouvons pas aider les femmes sourdes qui sont victimes d’agression sexuelle, car ce n’était pas dans notre mandat. Ce que nous avons fait, c’était de les référer aux ressources entendantes, mais la majorité de ces femmes étaient insatisfaites du service. Nous avons remarqué que les femmes sourdes manquaient beaucoup d’informations de tout ce qui concerne sur les informations importants concernant l’agression sexuelle. C’est pour ces raisons que nous avons décidé de travailler sur ce projet et nous avons ajouté le volet d’agression sexuelle dans nos services. Nous avons aussi créer de nouveaux matériels de sensibilisation adaptés (affiche et dvd) pour les personnes sourdes. Depuis septembre dernier, nous avons commencé à faire une tournée de formation dans les associations sourds provenant de Montréal, de la Rive-Nord et de la Rive-Sud.

Pour le projet de violence conjugale, ce projet est pour créer des outils d’intervention adaptés (affiches) pour les femmes sourdes. Par exemple, une affiche du cycle de la violence fait par une ressource entendante n’est pas compréhensible pour les femmes sourdes, car il manquait des éléments visuels. Ce projet est aussi pour créer un guide d’interventions qui permettent d’aider aux intervenantes sourdes de suivre les démarches à faire pour mieux aider les femmes sourdes victimes de violence conjugale.

Concrètement, qu’est-ce que votre carrière vous a apporté de bien à vous, à titre professionnel ?

Ma carrière à la MFSM m’a permis d’avoir la chance de mieux comprendre ce qu’est la violence conjugale et l’agression sexuelle. Ces violences sont taboues dans la communauté sourde et on a l’impression qu’elles n’existent pas dans la communauté sourde ce qui est complètement faux. Les femmes sourdes ont plus de risques d’en être victimes que les femmes entendantes. Les femmes sourdes qui ont vécu ces situations de violences sont mes modèles. Ces modèles m’ont permis de grandir intérieurement. Quand je vis quelque chose de difficile, je pense à ces femmes et ces femmes ont réussi à passer au travers même si leur situation est très difficile. En pensant à ces femmes, ça m’aide plus facilement à passer au travers. Mon travail à la MFSM m’a donné la chance d’apprendre beaucoup de nouvelles choses.

Source : www.webtv-s.com

Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour lundi 13 novembre 2017
2667 articles - 64 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.