Accueil du site Loi Handicap
 

AGEFIPH nouveaux transferts de charge non compensés

Question N° : 100080 de M. André Wojciechowski (Union pour un Mouvement Populaire - Moselle)
Article publié le mardi 26 avril 2011.


Question publiée au JO le : 15/02/2011 page : 1451
Réponse publiée au JO le : 12/04/2011 page : 3749

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-100080QE.htm

Texte de la question

M. André Wojciechowski attire l’attention de M. le ministre du travail, de l’emploi et de la santé sur l’absence d’engagement ferme de l’État en matière de politique de l’emploi auprès des travailleurs handicapés. Depuis de nombreuses années, l’Association de gestion du fond pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) permet à de nombreux demandeurs d’emploi handicapés de s’insérer dans le monde professionnel. Or il semblerait que le Gouvernement s’oriente vers de nouveaux transferts de charge non compensés qui grèveraient de façon importante le budget de cette association et par là-même sa réactivité. Il lui demande comment le Gouvernement compte-t-il encourager les dispositions en faveur des emplois pour les personnes handicapées.

Texte de la réponse

Le ministre du travail, de l’emploi et de la santé a pris connaissance avec intérêt de la question relative aux moyens de financement dévolus à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH). L’article 208 de la loi de finances pour 2011 a prévu le transfert à l’AGEFIPH, d’une part, de la gestion pérenne de trois dispositifs et, d’autre part, de la gestion, pendant une année, du marché relatif à la formation professionnelle des personnes handicapées. La décision de transférer ces dispositifs a été guidée par la volonté du Gouvernement de rationaliser les interventions des acteurs dans le champ de la politique de l’emploi des personnes handicapées. Les réflexions engagées, notamment dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, ont mis en évidence les gains escomptés par ces transferts pour les personnes handicapées et les employeurs. Ainsi, par exemple, le transfert en 2013 de la gestion de la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH) permettra à l’AGEFIPH de maîtriser l’ensemble du processus dont elle assure d’ores et déjà la gestion financière en collectant les contributions des entreprises assujetties. Au surplus, ce changement sera l’occasion de simplifier, d’optimiser la procédure et d’en limiter le coût de gestion, voire de générer une augmentation des ressources du fonds gérées par l’association. Enfin, il permettra de disposer plus rapidement de données statistiques sur le taux d’emploi permettant un pilotage opérationnel plus efficace. Toutefois, l’État restera compétent pour élaborer la législation et la réglementation et l’exercice des sanctions et des voies de recours. Le transfert de la gestion du dispositif de la reconnaissance de la lourdeur du handicap (RLH) et de la prime de reclassement répond aux mêmes objectifs de simplification et de rationalisation poursuivis par 1’État. L’AGEFIPH gère de nombreux dispositifs d’aides et de primes similaires et son expérience en la matière doit permettre de les optimiser. Par ailleurs, l’association assume déjà le coût financier lié au dispositif de la RLH et le coût de gestion de ces dispositifs devrait rester limiter. Le transfert de la gestion du marché de formation, pour une année, à l’AGEFIPH et au Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique, s’inscrit dans cette même logique de rationalisation des modes d’intervention des acteurs. En effet, les deux fonds ont une compétence spécifique en matière de formation des personnes handicapées, réaffirmée par la loi de finances pour 2011. Le coût de ce transfert sera assuré par les deux fonds et par le fonds social européen qui sera mobilisé à cet effet. L’ensemble de ces transferts s’inscrit pleinement dans l’objet social de l’association qui, grâce aux contributions légales obligatoires, développe les moyens consacrés à l’insertion des personnes handicapées en milieu ordinaire de travail. Par ailleurs, le prélèvement exceptionnel opéré sur le budget de l’AGEFIPH par la loi de finances 2009 n’a pas remis en cause les actions programmées par l’association en 2009 et en 2010. En effet, l’association disposait, à la fin de l’année 2008, de réserves très élevées (plus de 400 Meuros) qui, ajoutées à la collecte annuelle (600 Meuros), lui permettaient de soutenir un niveau d’intervention très important. Les moyens consacrés par l’association à l’insertion et au maintien des personnes handicapées ont ainsi augmenté sur la période 2008-2010 l’AGEFIPH a dépensé environ 740 Meuros en 2009 et 745 Meuros en 2010, contre 600 Meuros en 2008. Enfin, la somme prélevée a été utilisée exclusivement pour soutenir l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Ces évolutions ne remettent nullement en cause l’engagement de l’État dans cette politique publique dont le Gouvernement entend au contraire renforcer le pilotage afin de mieux coordonner les interventions des différents acteurs, tant au niveau national que régional. Il s’inscrit dans une démarche, partagée avec ses partenaires, d’évaluation des actions entreprises afin de rationaliser les actions engagées au bénéfice des personnes handicapées.


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour jeudi 23 mai 2019
2766 articles - 105 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.