Accueil du site Dossiers Scolarisation des enfants sourds
 

Faut-il des Ecoles référentes ?

Article publié le vendredi 5 mars 2010.


Un article de Didier Dronne

Au Mans, pour les mal-entendants, il y avait au départ une CLIS (la seule en Sarthe) à l’école primaire Marceau avec une enseignante spécialisée. Un centre SEFFIS était juste à côté.

Des personnes sourdes sont intervenues plusieurs années suite à un partenariat privé auprés des élèves déficients et des élèves "normaux" (cours, théatre..).

La CLIS fonctionnait déjà avec des élèves en intégration partielle, complète ou sans intégration. Rappelons que certains élèves n’étaient pas pris en charge par le SEFFIS.

Des AVS individuelles "signant" intervenaient auprès des élèves.

La maternelle Julien Pesche, le collège Ambroise Paré jouxtent la primaire Marceau. Les enfants quittant Marceau se retrouvaient au collège sans enseignants spécialisés. Les parents d’enfants sourds, parents d’élèves se sont mobilisés et ont obtenus la création d’une UPI au collège.

Le nombre d’enfants mal-entendants diminuant sur la CLIS, les moyens ont été répartis sur les 3 sites. Les enseignants spécialisés interviennent sur les 3 sites. Des AVS collectives signant sont également sur les 3 sites.

Depuis cette nouvelle organisation, ce bassin d’intégration Pesche Marceau Paré (3 sites scolaires) est devenu centre de référence.

Les élèves viennent de tout le département (maxi 50 km). Il reste le problème de la prise en charge du transport. Néanmoins, le plus important est qu’il y ait des enseignants spécialisés.

Les élèves ne sont plus seuls avec leur handicap et sont en intégration si cela est possible. Les enseignants "normaux" ne sont plus démunis face à l’handicapé et à la gestion de son handicap.

La difficulté de former des enseignants spécialisés, de les mettre à disposition de toutes les écoles revient à la réalisation ci-dessus où les moyens sont gérés et optimisés sur un même site.

De plus depuis cette année un adulte sourd intervient pour des cours de LSF (initiation) aussi bien sur ce site qu’en lycée (préparation LSF pour épreuve facultative du bac).

Pour la rentrée 2010/2011, 22 à 23 eleves sont attendus en primaire, répartis sur les 5 niveaux, ce qui va poser un probleme pour les 2 enseignantes specialisées.

Analyse personnelle

On ne peut pas avoir des moyens dans toutes les écoles françaises pour le handicap mais on peut faire en sorte de les avoir dans des écoles référentes en coordonnant les actions des associations, des parents d’élèves et des parents d’enfants handicapés.

BATTONS NOUS mais sur des objectifs réalisables.

-  OUI au regroupement des moyens sur un site référent

-  OUI aux enseignants spécialisés

-  OUI aux référents handicap (culture de l’handicap)

-  NON à l’utilisation d’AVS sans enseignant spécialisé sur le site

-  NON au saupoudrage des moyens sous forme d’AVS dans toute les écoles (que dire des qualifications, formations, salaires, contrats...)

ATTENTION au partenariat avec un SESSAD, un SSEFIS. Qui paie ? Qui en profite ? Etre au SESSAD, au SSEFIS et en prise en charge libérale en même temps ? (c’est du vécu)


Aller au début de l'article
Répondre à cet article

Forum de l'article

Aller au début de l'article
L'UNAPEDA est une association pluraliste, ouverte, et permet donc l'expression des diverses sensibilités sur son site. Les articles publiés engagent essentiellement leurs auteurs et ne signifient aucunement que notre association aurait, d'une quelconque manière, décidé de privilégier l'opinion qu'ils expriment au détriment de toutes les autres Nous nous réservons le droit de ne pas publier les articles en totale contradiction avec nos valeurs, diffamatoires, menaçant ou que nous ne jugeons pas convenable pour quelque motif que ce soit

Dernière mise à jour lundi 13 novembre 2017
2667 articles - 64 messages - 267 bréves.
Site réalisé par EMERA
avec SPIP 1.8.3 sous licence GPL - Epona 2.2.3.